• 1307 visits
  • 8 articles
  • 188 hearts
  • 489 comments

10/08/2013

bonjour 


 
CHAPITRES : ONE || TWO || THREE || FOUR || FIVE || SIX || SEVEN

07/09/2013



I NEED YOUR LOVE ; CHAPTER ONE.

F. u. c. k. i. n. g.  S. h. i. t. .
 
- Hey Salut Nami, désolé du retard ! Zoro va bien ? Demanda mon simplet d'ami au chapeau de paille
- Ça pourrait aller mieux, apparemment il s'est fait attaqué par 3 mecs parce qu'il avait refusé de payer ce qu'il leurs devaient. Répondis-je sur un ton désespérée
- Il se met toujours dans la merde ce mec, pas possible. J'ai vraiment mal choisit mon meilleur ami. Dis Luffy avec un énorme sourire
- T'es un sacré con aussi dans ton genre mais moins que l'autre imbécile aux cheveux verts qui est coucher sur ce lit d'hôpital. Déclarais-je en rigolant doucement
- Luffy ! Nami ! Comment vas Zoro ? Demanda notre ami au long nez
- Moi je suis venus ici, juste pour te voir Nami. Dit Sanji
- Sanji, arrêtes d'être comme ça, je sais que t'es venus ici pour voir zoro, alors arrêtes s'il te plaît. Dis-je sur un ton énervée
 
Zoro est un sombre idiot, ça fait 5 mois qu'il nous fait vivre ça et surtout à moi. Je pensais pas que sortir avec lui, me ferais autant mal. Pourtant avant il était pas comme ça, il est comme ça depuis qu'il revoit Mihawk.
 
- Nami, tu vas bien, toi ? Tu me sembles soucieuse. Me tortura le blondinet en m'interrogeant ainsi.
- Moi, je vais plus que bien.. Murmurais-je dans un soupir
- M'ouais tu sembles pas trop en forme. Répliqua le jeune homme au chapeau de paille
- Eh bien merde, foutez moi la paix ! Dis-je en me dirigeant dans la chambre de Zoro
 
Je me suis assise sur la chaise à côté du lit de mon amant, en lui caressant doucement la main en laissant couler quelques larmes sur mes joues, avant de m'apercevoir que mes trois imbéciles d'amis étaient en train de regarder par cette espèce de fenêtre, je me leva et ferma le rideau, puis me rassis en attendant le réveil de cet abrutis.
 
- Dites les mecs, vous trouvez pas que Nami et Zoro, ça va pas fort entre eux. Fit remarquer le blondinet
- Moi, je sais pourquoi Zoro est comme ça. Avoua Luffy
- Tu sais pourquoi il est comme ça envers Nami et envers nous ? Cria Usopp d'un air blasé
- Bha oui, Zoro revoit Mihawk. Fit-il sans gênes
- Comment ça, « Zoro revoit Mihawk » ? Questionna Sanji
- Bon, je vais tous vous dire mais vous devez me jurer de rien dire, j'avais promis à Zoro de rien dire. A une période de sa vie Zoro traînait souvent avec Mihawk, vous vous en souvenez ? Il avait eu beaucoup de problèmes à cause de lui, d'ailleurs. Cela fait 5 mois maintenant, qu'il le revoit. C'est dur à croire mais Zoro se drogue, et peut devenir assez violent. Déclara Luffy
- ZORO SE DROGUE?! ET IL PEUT DEVENIR EXTRÊMENT VIOLENT ?! TU TE FOUS DE MOI, C'EST CA ? NAMI EST EN DANGER !? Cria le blond et tenant le brun par le col.
- Laisses moi finir, Nami est au courant depuis le début. Répondit Luffy en enlevant les mains de Sanji de son col.
- Eh bien sûr Mihawk et Law sont heureux d'avoir un nouveau mec dans leurs bande de trou du cul. Riposta Usopp sur un ton interrogatif
- M'ouais, mais il se tue de l'intérieur...Chuchota Luffy avec un regard de dépressif.
 
 
Aller, Zoro réveille toi. Je t'en supplie ! Il faut que je le fasse, même si c'est dur ! Alors réveille toi ! S'il te plaît.
 
- Nami ? Questionna le jeune homme aux cheveux verts avec une petite voix lugubre.
- Zoro ? Dis-je en relevant la tête en pleurs
- Qu'est ce que tu fous ici et pourquoi tu chiales ? Répliqua Zoro
- Qu'est ce que je fous ici ? Je suis venus te voir sombre idiot et pourquoi je chiales ? Tu veux le savoir ? Ça fait 5 mois que tu me fais souffrir, tu me fais vivre l'horreur, tu me tues de l'intérieur tout ça parce que tu te drogues. BHA OUI POURQUOI JE CHIALES ? Je suis amoureuse d'un pauvre idiot qui me fait mal en me délaissant. Avouais-je en larmes
 
Zoro resta muet pendant un bon moment, sans avoir le courage de me parler, il se leva et me prit dans ses bras. Je me suis sentis aimer à nouveau par lui, j'avais repris goût à ce petit bonheur de rien du tout qui se produisait quand il me câline.
 
- Zoro..murmurais-je
- Nami ! Je suis désolé. Dit Zoro
- C'est terminé ! Affirmais-je en le repousant
 
Je sortis dans sa chambre en lui laissant un baiser sur sa joue et en déposant son bracelet qu'il m'avait offert sur sa table de chevet.
 
FIN DU PREMIER CHAPITRE
 
Note de l'webmiss : Alors j'ai été longue à sortir le premier chapitre, car les idées venaient mais je savais pas comment les exploitées x) Ensuite j'ai voulus commencer l'histoire, avec un début assez sombre où on apprend des choses sur un des personnages principal


 

 

02/10/2013

I NEED YOUR LOVE ; CHAPTER TWO. 
S. H. U. T.    U. P.    B. I. A. T. C. H. S. 


Cela fait un peu près trois jours, que je n'ai plus sentis la chaleur du soleil sur ma peau. Trois jours que je n'ai plus mangé, trois jours que je n'ai plus parlé. Trois jours que je n'ai plus pleuré...Je ne fais que pensé, dormir puis repensé, des fois quand j'ai envie je regardes mes messages. Depuis trois jours je reçois des appels incessant du lycée, ils sont vraiment gonflants. Nojiko, ne fait que de taper sur la porte de ma chambre en criant: « Nami ! Bordel sors ton cul de ta chambre et arrêtes de chialer ». Elle est mal placée pour me faire la morale, elle qui pleurait comme une gamine de cinq ans quand Ussop et elle se sont disputés.
 
- Un appel de Vivi ? Murmurais-je en décrochant
- NAMI ! Enfin tu réponds. Sais-tu combien de fois on a essayé de t'appeler.
- Ah.. Soupirais-je
- Nami ? Tu vas bien ? Nami ? Nami ? Répond moi !
- ... Je raccrocha, jeta le portable un peu plus loin de moi, me frotta les yeux et les ferma
- Nami ! C'est Nojiko. Ussop et Luffy sont avec moi, ils veulent te parler.
- Moi je ne veux pas, est-ce clair ? Dis-je sur un ton désagréable et révoltée
- Pourquoi t'es comme ça, Nami ? Demanda Ussop
- Ça, c'est pas tes oignons. Occupe toi de ton cul, putain !
- Nami, tu sais t'as pas de raisons de nous en vouloir. On est pas ZORO, ok ? Alors tu vas arrêter de faire ta saleté de gamine de mes couilles et tu vas sortir de cette chambre, ou je défonce la porte ! Affirma le jeune homme au chapeau de paille avec une voix autoritaire
 
Il avait prononcer un mot, un simple mot de quatre lettres. Ce simple mot à mes oreilles était bien pire que toutes les tortures qu'on peut imaginer, bien pire qu'une perte humaine. Ce mot était la cause de tous mes problèmes, ce mot me serra le c½ur et me le brisa en deux..
 
- Luffy...Rentres dans la chambre, mais seul.. Dis-je
 
Il rentra, posa son sac à côté de mon lit et s'assit. Il me fixa longuement sans rien dire, ses yeux me disaient : Pourquoi tu fais cette tête, espèce de conne ? Et avant même que je puisses dire quoique que ça soit, il dit :
 
- « Il t'aime. »
- Hein ?
- Zoro, il t'aime.
- Je m'en fous.
- Menteuse, pourquoi tu donnes plus de tes nouvelles depuis trois jours ?
- Parce que vous me saoulez. Dis-je en commençant à lever la voix
- Mytho.
- De toutes façons, ceci ne te concerne pas. Ajoutais-je encore plus fort
- Sans doutes.
- Bien, tu peux partir alors.
- J'en n'ai pas envies. Dit-il en s'allongeant et en mettant son chapeau sur ses yeux
- Moi j'en ais envies.
- Je m'en fous.
- Tu dégages de ma chambre !
- Tu l'aimes encore, tu voudrais encore être avec lui. Tu l'aimes, tu aimes Zoro et c'est ça que tu supportes pas, espèce d'gamine. Cria Luffy
- Regarde ton cul, et lâche moi.
- Je te tiens pas, pourquoi tu as rompus, si c'est pour chialer ? Dit-il en se levant
- Je te demande pourquoi, tu as lâché Hancock ? Dis-je à mon tour, en me levant de même
- Parce que Hancock m'a trompée ! Cria-t-il en laissant un grand silence derrière sa phrase, puis il reprit : Elle m'a trompée avec Mihawk.
- ...Je...
- Tu vois, il y a bien pire comme malheur ! Dit-il en se dirigeant vers la porte
- Attends ! Je le retenais par la main, je ne voulais plus la lâchée. C'était une main de protecteur, de confident, c'était une main dont j'avais besoin. Luffy... me laisses pas ! Criais-je en chuinant comme une enfant
- Nami...Je...
- Je suis désolée ! Pardon Luffy ! Excuse-moi ! Je suis vraiment égoïste ! En me jetant sur lui
- Je suis là, Nami...Pardon d'avoir été aussi froid, vulgaire et méchant avec toi. Me dit-il en me caressant la tête
- Merci ! Dis-je en le serrant dans mes bras
 
Après quelque minute Luffy était partis en m'affirmant qu'il reviendrait demain avec mes leçons, mes devoirs, un film et des plats chinois . Je me leva et sortis de ma chambre tout en me détachant les cheveux en prenant la direction de la salle de bain, enfin arrivé sur ce lieu je me déshabillais pour finir face au miroir, je me regardais dedans et je souris. Je pris une douche froide en chantonnant « Good girls, bad guys ». J'allais bien, encore une fois Luffy m'avait « sauvée ». Je me mis un t-shirt bleu turquoise et un short gris puis m'affala sur le canapé en zappant toutes les chaînes chiantes et peu divertissantes.
 
- Ah Nami, tu as finalement immergé de ta grotte. Fis Nojiko les bras chargés de commissions
- Comme tu peux le voir, ma chère s½ur. Dis-je sur un ton déplaisant. Et c'est pourquoi tous ça ?
- C'est pour l'anniversaire de Vivi, ne me dis pas que tu l'as oublié ?
- Non. Bien sûr que non, comment pourrais-je oublié la date de naissance de ma meilleure amie, voyons. Avouais-je en esquissant un sourire ironique, Bon je vais me couché.
- Sacré petite s½ur.. Murmura Nojiko
 
J'ai oublié l'anniversaire de ma meilleure amie. J'suis impardonnable ! Qu'est-ce que je vais lui dire ? « Salut, Vivi ! Je suis vraiment désolée mais j'ai oublié ton anniversaire à cause d'un gros blaireau, tu m'en veux pas trop ? ».
 
- Rha lala ! Fis-je en sautant sur mon lit, en me mettant un coussin sur la tête.
Je suis une pauvre idiote...
 

Mon portable sonna [ Sonnerie ]

 
- Z..Zoro ? Dis-je en regardant le portable sans rien faire, puis je décrocha : C'est à quel sujet ?
- Nami rejoins-moi au vieux pont blanc qui se trouve en face de la boutique de confiseries, faut que je te parle.
- Le lieu de notre premier rendez-vous...murmurais-je en me mordant doucement les lèvres pour me retenir de pleurer.
- T'as dis quelque choses ? M'interrogea-t-il
- Oui, de quoi veux-tu me parler ?
- Je te dirais une fois là-bas
 
Il raccrocha, je jeta le portable sur mon lit. Fouilla dans mon armoire pour trouver un truc simple et beau. J'ai mis un t-shirt avec un décolleté très voyant de couleur rouge vif, une chemise à carreaux ouverte par dessus et un slim noir très serré. J'enflai mes baskets rouge, les plus simples que j'ai. Je courus vers le vieux pont, il était là, dans les ténèbres. Assis sur le pont en regardant les étoiles, seule source de lumière dans cette ruelle. Ce vieux pont, c'est là que tous à commencer...
 
- Alors, pourquoi m'as-tu fais venir ici ?
- Nami...Je...
 
Cette scène m'est familière, je l'ai impression de l'avoir déjà vécus, c'est étrange. Il s'approcha de moi, et sans que je puisses faire quoique se soit, il m'embrassa. Passa sa main dans mes cheveux, caressait mes joues pour les laissées tomber sur mes hanches. Ses lèvres ne lâchaient pas les miennes, plus on restait coller, plus le baiser devint intense, il finit par introduire sa langue dans ma bouche et ainsi commença l'enlacement de langues, elles font des vas, des viens. Des tours et des demis tours. Le baiser s'acheva, il me regarda dans les yeux quelques secondes puis il recommença. Ses baisers, son parfum, ses caresses. Tous en lui m'attire...Je stoppa net un baiser, laissant un long filet de bave entre nos deux langues.
 
- Zoro...De quoi voulais-tu me parler ?
- Eh bien...
- J'attends.
- C'est assez...complexe..
- Dis moi !
 

 
Zoro s'approcha de mon oreille, y posa un léger baiser puis il me chuchota quatre mots : 
J'ai envie de toi. 

10/10/2013


 I NEED YOUR LOVE; CHAPTER THREE.
The hat of memories [ Part I ] .
 

* Ces mots m'avaient hantés toute la nuit, « J'ai envie de toi ». Il est 6h17 du matin, je n'ai pratiquement pas dormis. Zoro a envie de moi, il veut de moi, je ne comprends pas. Cela faisait 5 mois qu'il s'en battait les couilles de moi, et maintenant il vient comme un cheveu sur la soupe en me disant : J'ai envie de toi. Il croit réellement que je vais rentrer dans son manège, il rêve. Je ne lui tomberais pas dans les bras encore une fois, la prochaine fois qu'il voudra me parler j'y vais avec Vivi ou Usopp. Hors de questions de faire la petite conne amoureuse du grand con. Déjà hier soir il a faillit m'avoir à nouveaudans ses filets. Aujourd'hui je retournes en cours, je crois que ça me faire du bien.

* Je me levais donc de mon lit, que je me dépêchais de refaire, puis direction la salle de bain pour me faire une petite beauté, je m'aspergea le visage d'eau fraîche que j'essuyai vite fait avec une serviette par la suite. Je passa un léger coup de crayon noir sous les yeux, un peu de ricil et un coup rapide de gloss qui sentait légèrement la fraise, je m'oppressa de retourner dans ma chambre afin de choisir de jolies vêtements. J'optais pour mon débardeur noir Jack Daniel's, un de mes favoris. Un petit short en jeans au dessus de mes collants transparents filés, j'enfilais ensuite mes Converses en cuir noires. Il était maintenant temps pour moi de me coiffer, chose peu compliquée pour moi, je les laissaient à l'air libre, vagabondant sur mon corps. Je pris mon sac Kaporal à bandoulière de couleur kaki. J'étais fin prête à partir. Sur mon chemin que je prends pour vivre l'enfer que sont les cours, je passais toujours devant une maison bleue claire, souvent ensoleillée le matin, avec un jardin délabré où plusieurs choses traînent un peu partout, souvent des choses très peu utiles, par exemple une roue de voiture ou même une guitare de couleur bordeaux défraîchi dont les cordes étaient toutes coupées et complément péter. C'était la quatrième maison dans la rue S.Baratier, la rue la plus paumée de Fushia. C'est leur maison, le gîte de Sanji, Ussop, Luffy et Zoro . La première fois que j'avais vu cette maison c'est quand Luffy m'a présenté à deux de ses nouveaux amis Zoro et Sanji. Quand j'entendais le nom : Roronoa Zoro, j'avais tous sauf envies de le rencontrer, avec tous ce qu'on entendais sur lui dans le passé, c'était un vrai délinquant. C'était vraiment pas mon style de mec, c'est vrai quoi. Un mec avec des cheveux verts, qui voudrait sortir avec un chanteur punk ? Je n'ai jamais su réellement comment j'ai fais pour tomber amoureuse d'un grand mec sombre et sans c½ur, d'ailleurs je me pose encore la question. Suis-je folle ? Sanji quant à lui, je n'avais jamais entendus son prénom ni son foutus nom de famille, Sanji Leblanc, v'là le nom d'famille typique d'un bourgeois français, tous le contraire de sa situation . Si je devrais décrire Sanji en trois mots, je dirais : Gentleman, Pervers et Serviable, enfin c'est le genre de mecs complètement hypnotiser par les femmes, un vrai coureur de jupons qui ne peut se contenter d'une seule femme, la seule relation qui dur avec lui, c'est l'amitié.

* J'ai pour habitude de les attendre devant le portail de leur misérable résidence, qu'ils veuillent bien sortir tous leurs culs en violant la sonnette à force d'appuyer dessus comme une hystérique
 
- Nami-chérie, je suis tellement content de te revoir ! Cria Sanji en descendant les escaliers
- Sanji ! Si tu savais combien ta voix et tes mimiques m'avaient manquées.
- Comment vas-tu, Nami ? Tu as l'air fatiguée, c'est encore à cause de tronche de cactus ?
- Non, bien sûr que non, j'ai juste mal dormis. Affirmais-je avec un grand sourire, ce genre de sourire qu'on fait seulement quand on est content.
- Tant mieux alors ! Me fit-il en allumant sa cigarette, tira un coup et cracha la fumée pâle montrant à quel point ces merdes étaient mauvaises pour la santé.
- Oh Nami ! Déjà là ? Dit Ussop en marchant avec son vélo.
- Oui ! Où sont Luffy et Zoro ?
- Luffy, est aller acheté un croissant à la boulangerie en face et Zoro bha il glande, comme d'hab quoi.
- Hey les mecs, vous auriez pu m'attend...Nami qu'est ce que tu fais là ? Demanda l'autre tronche de cactus
- J'ai cours aussi je te signale, et puis c'est mon rituel de venir vous cherchez.
- Namchi, chest de retourch. ( Nami, est de retour ) Dit Luffy en venant par derrière en bouffant trois croissants en même temps.
- Tu ne changeras jamais, Luffy ! Ajoutais-je en soupirant
- Nami, t'as pas oublié que je viens chez toi ce soir, pas vrai ? Demanda Luffy en rigolant
- Non, j'ai pas oubliée !
- Tu vas chez Nami, ce soir ? Et tu nous as rien dis ? Fit mon ami niais au long nez
- Ouais on se fait un petit chinois devant un film.
- J'espère que c'est pas un film de cul, n'est-ce pas Luffy ? Demanda Zoro en lançant un regard pervers en ma direction. « Je connais une personne qui risquerait d'aimer ça. »
- Un film de cul ? Nami tu aime les films x ? Ajouta Luffy
 
* Tu veux jouer à ce genre de petit jeu, Zoro ? Ok alors je vais jouer à ton jeu. Je m'approcha donc de Luffy et je lui chuchota : « Je préfères quand ça se passe vraiment, si tu vois ce que je veux dire ? » Les joues de Luffy avaient d'un seul coup virés au rouge écarlate, le rouge des cheveux de Kidd, un bouffon de notre classe. Luffy avait plusieurs fois dévié son regard du mien avant de me lancer un sourire ironique.
 
- Allons donc, qu'est qui t'arrive Luffy ? Demandais-je avec un petit sourire pervers en coin
- Rien, allons en cours. Fit-il en marchant avant tous le monde
- Hey Luffy, tu as oublié ton sac ! Cria Usopp, avec un regard blasé
- Owh merci Usopp, un jour j'oublierais ma tête !
- Le jour où ça arrive fait moi signe ça risquerait d'être drôle. Ajouta le blondinet en rigolant
 
Nous avancions donc pour aller à cet endroit pour avoir ce qu'on appelle : Un avenir. Une grande pièce avec plusieurs tables, chaises, têtes de fions, sacs...enfin tous ça quoi. Et un guguse qui nous rapache des mots qui nous servirons sans doutes plus dans « l'avenir », genre qu'est-ce qu'on se contre-fou qu'au 19ème siècle un mec qui s'appelle Maupassant à écrit un bouquin : Bel-ami, à quoi ça sert si tu veux devenir fleuriste ? Je trouve ça pathétique et sans aucuns intérêts. Je préfères lire un bon petit manga, et écouter pendant une heure ou deux, un peu de Asking Alexandria, m'enfn. C'est pas assez EDUCATIF, comme ils disent ça rend même con selon eux.

* Avant d'aller en cours de Mathématiques, j'ai du me rendre chez une personne pour justifier mon absence . Une salle, avec un glandu qui porte h24 son foutu n½ud papillon bleu turquoise qui n'est pas assortis à son costume, ou même à sa chemise. Sur son bureau une photo de sa femme et de son fils, Brandon, un petit pète couille qui sait à peine utiliser sa main droite pour se branler et qui se la pète. Une vraie tête à claques comme son père, insupportable voir invivable. J'avais horreur d'aller dans sa salle, elle possédait une horrible odeur de mangue mélangé à de l'essence, c'était sans doutes son eau de Cologne à bas prix qu'on trouve dans toutes les petites markets pas chères. A chaque fois il me fait le même speech : « Mademoiselle Nami, vos absences, vos retards et vos indisciplines, sont vraiment ingérables. Il est temps de grandir. » V'là qu'un père alcoolique me fait la morale, ''Temps de grandir'' MON CUL, OUAIS. Laissez moi vivre, bordel. Si je pourrais je lui balancerais ça en pleine poire, mais je me retiens. Une fois qu'il a finit son discours qui vaut pas un clou, je me rendis en cours.


- Mademoiselle Caleenzana, vous revoilà enfin !
- Comme vous pouvez le voir, Monsieur.
- Très bien ! Asseyez vous, je vous pris.
- Hey Nami, tu dates à mort. T'étais où, putain ? M'interrogea l'autre idiot de Law
- J'étais chez ta mère, Law.
- Sois pas comme ça, Nami. Tu sais que tu nous as beaucoup manqués.
- Intriguant. Fis-je blasée
- Nami, tu veux voir quoi comme film ce soir ? Demanda Luffy, en tapant Law sur la tête.
- Huuum, on pourrait se regarder Hostel ?
- Euuh ok ça marche, mais il faut que j'achète du pop-corn alors ! Dit-il en me lançant un de ses regards de joli garçon, le type de regard qui peut faire craquer n'importe quelles filles, surtout que Luffy est super populaire.


* Les films d'horreurs ça a jamais été mes trucs préférés, je suis plus films comiques ou à l'eau de rose. Mais je trouves plus drôle de regarder un film d'horreur avec un ami et de bien se chier dessus tout en rigolant ensembles plutôt que d'pleurer devant un film d'amour et de bien déprimés en bouffant de la glace . Et puis avec Luffy, on ne peut jamais être sérieux, alors bon. 
- Bon personnes n'est absent ? Interrogea le prof, trop fainéant de faire l'appel.
- Si, Vivi monsieur.
- Aaah oui. Prononce-t-il tout en la marquant absente sur son cahier noir
 
* C'est vrai, je n'ai pas parlé à Vivi depuis que je lui ais raccroché au nez, et demain c'est son anniversaire, sa fête. Aujourd'hui cela fait exactement dix ans qu'elle et moi nous nous sommes rencontrées et que nous sommes devenus les meilleures amies. A vrai dire quand je suis sortis avec Zoro, elle et moi on se voyaient presque plus. Nous nous parlions que par sms, d'ailleurs nos derniers messages c'est uniquement de la prise de tête, même si elle aime bien Zoro, elle a jamais vraiment pu comment dire, le sentir ? Instinct féminin, sans doutes.


- Luffy, tu trouves pas que Bonney est trop bonne ? Demanda Law d'un ton vicieux et pervers.
- Il y a mieux quand même. Répondit Luffy en déviant ses yeux sur moi, gêné de la conversation.
- Pff, tu dis ça parce que t'as baisé avec Hancock.
- J'pense pas. Dit-il en souriant, vous savez son fameux sourire qui fait 3 mètre de long, ce sourire qui rend la pêche quand on le voit, le sourire de Luffy, quoi.
- Alors, Luffy. C'est qui ta prochaine gonzesse ? Vivi ? Nojiko ? Robin ? Kaya ? Ou Nami ?
- En quoi ça te regarde. M'incrustais-je dans leur conversation d'obsédé
- Hein ? Nami, et toi c'est qui ton prochain mec ? Hein ? Répéta Law
- Je ne sais pas encore, mais ça sera déjà pas toi. Fis-je en lui lançant un sourire ironique
- Oh quel dommage. Dit-il en rigolant comme un abruti notoire
- Monsieur Trafalgar, avez vous besoin d'aide ? Questionna l'abruti de prof venant de s'apercevoir que Law était retourné en ma direction
- Nop Monsieur, ça sera pas nécessaire.
- En parlant d'aide, Monsieur Monkey.D, vous n'avez pas oublié quelque choses ?
- Mon goûté ? J'ai oublié mon goûté ?
- Non d'enlever votre chapeau. Cria-t-il en lui enlevant son chapeau de la tête, vous viendrez le reprendre à la fin du cours.


 * A cet instant Luffy me lança un regard, je le voyais, je le connaissais ce visage. Le visage pleins de haine, mais il m'était pas destiné. Il me lâcha un sourire et se leva brutalement, créant un bruit insupportable. Il marchait vers le prof en disant : « Touche pas à mon chapeau ! ». Luffy s'est une fois de plus rebellé pour récupérer son chapeau, qu'il n'a finalement pas repris. Il fut renvoyer de cours, et de plus il n'aura pas son chapeau jusqu'au lendemain. Si je me souviens bien ce chapeau avait une valeur très importante dans son c½ur, je crois que c'est un d e ses amis qui lui a donné, Shans...non..Shraks ? Non plus, ah oui ! Shanks ! Un rouquin un peu zinzin. L'heure de maths était enfin finit, soulagement ultime. Luffy n'était pas devant la salle, il n'était pas venu réclamer son chapeau de paille, étrange. Je fixa longuement le chapeau posé sur le bureau fait en bois de chêne sans doutes. Oui je fixais ce chapeau de paille, qui pour moi n'a aucunes importances, mais il en prenait d'un seul coup. J'avançais vers le professeur, j'attendais qu'il fut divertit par un des autres couyons de cette classe, et je m'emparai du chapeau de paille. Aussi discrète qu'une chatte, bien sûr. J'cherchais et cherchais Luffy partout même des endroits complètement improbable. Il me restait plus qu'un endroit a fouiller, le toit.


J'escaladais les marches d'escalier qui y mène, et avant d'ouvrir la porte je repris ma respiration, essayait tant bien que mal d'améliorer mon allure et j'avançais. Il était là, couché les yeux fermés. Ses cheveux voguaient sur le vent, et sa cravate se déplaçait à chaque fois un peu plus. C'est à ce genre de moments que je me rends compte que Luffy a son petit charme à lui, quand il arrête de faire l'abruti. C'est aussi à ce genre de moments que je comprends les filles qui sont dingues de lui. Je fermais la porte aussi doucement que je pus, puis je marchais en sa direction, souriant comme une bécasse. Je m'arrêtas net devant son corps gisant au sol, et à chaque respirations, je pouvais entrevoir sa musculation. Je rougis me rendant compte que je dévisageais un de mes meilleurs amis. Je m'accroupis à côté de lui, pour finalement finir sur les fesses, je replis mes genoux près de ma poitrine. Il dormait ou faisait mine de dormir. 
- Nami ? Qu'est ce que tu fais là ? Dit-il tous en gardant les yeux fermés
- Comment sais-tu que c'est moi ?
- Ton parfum à la mandarine
- Tu reconnais mon parfum ?
- Bien sûr, c'est moi qui t'ai offert le premier flacon. Tu te souviens ? Ajoutait-il en ouvrant les yeux et en regardant le ciel bleu. « Il fait vraiment beau aujourd'hui, comme le jour de notre rencontre, n'est-ce pas, Nami ? »
- Oui. Fis-je en souriant tout en rougissant un peu, il se souvient de la date de notre rencontre, du parfum qu'il m'avait offert pour la première fois, c'est vraiment un ami en or. Je posais son chapeau sur sa tête tout en me levant. Il me retint par le bras, et j'ai rien trouvé mieux que de me retourner, en regardant vers le bas. Qu'est ce qu'il veut ?
- Pourquoi tu pars ? M'interrogea-t-il me regardant dans les yeux, avec son regard sérieux.
- Parce que je t'ai rendu ton chapeau.
Tu as peur que quelqu'un, nous voit ensembles. J'ai compris ma chère petite navigatrice
 
* Ma chère petite navigatrice ? Depuis quand m'avait-t-il plus appelé comme ça ? La primaire peut-être, et il fait que rajouté une couche : « Qu'est ce qui a Nami, tu te souviens plus de ce surnom ? Tu étais la navigatrice, j'étais le capitaine et avec le reste de la bande on voguait sur les flots, avec notre bateau. Le petit bateau en carton qu'on avait mit dans le square, le « Thousand Sunny » c'est comme ça que Franky l'a appelé. » Luffy me torture avec mes souvenirs maintenant, c'est quoi ce cirque ? Il déposa son chapeau de paille sur ma tête, me sourit chaudement et collait presque son front au mien. Et il rajouta : « Les garçons et les filles de l'école qui t'embêtaient, je leurs bottais le cul. Personnes ne touchent à ma navigatrice. Ah lala le passé me manque. Et tu te souviens du mariage de Sanji et Nojiko, ils avaient fait leurs bagues avec des morceaux d'herbes et des fleurs. » C'est à ce moment qu'il détourna son regard du mien et il reprit son discourt : «  Puis au collège, Franky et Robin manquaient à l'appel et ce n'est qu'en quatrième qu'on les reverras. Suite à ça, après le collège, et cela pendant deux ans je n'aurais plus de nouvelles de vous et maintenant nous sommes en terminale. Et tu sais quoi, Nami ? » J'ai eu un temps de réflexion et je répondis : « Quoi ? » au bord des larmes. Et il dit : « J'ai toujours mon rêve de gamin, tu sais...Le roi des pirates ça sera moi » et il me lâcha un énorme sourire, puis quelques gouttes venaient perlées son sourire, Luffy pleurait.


Luffy t'es un sombre idiot ! Dis-je en me cachant le visage avec son chapeau en pleurant
- Je te confis mon chapeau jusqu'à la fin des cours, c'est d'accord Nami ? Me fit-il en allant vers la porte
- Oui, j'en prendrais soin ! CAPITAINE ! Criais-je en lui lançant un sourire de gamine



09/11/2013


 I NEED YOUR LOVE; CHAPTER IV
The hat of memories [ Part II ]
 
* Luffy a un don pour me rappeler les bons et les mauvais souvenirs quand même, en quelques mots il arrive a m'faire pleurer et ce don chez lui que je supporte pas, il connait tous mes petits points faibles, fait chier. Pendant les heures de cours j'ai beaucoup pensée à mes souvenirs. Le vendredi soir une Porche rouge avait habitude d'attendre Luffy à la sortie du lycée, c'est son salop de paternel, Dragon. J'ai jamais pu aimé ce type, sans doutes à cause de son arrogance insupportable, rien que sa façon de marcher me répugne. Bref, il venait toujours le chercher le vendredi soir pour emmener Luffy le week-end dans sa grande et fantastique villa, genre maison de barbie qui ferait fondre toutes ces petites pisseuses qui écoute les One direction ou ce Justin Bieber. Son père sert à rien, il le cherche pour faire croire à ses stupides fans qu'il aime son fils plus que tout, oui en fait Luffy est un enfant de bourges. Garp son grand père, quant à lui, il est ridicule en essayant de le rassuré en disant que Ace reviendra vivant de son service militaire, pff pathétique. Je me dirigeais vers le portail en courant avant qu'il ne ferme.
 
- Non papa, j'viens pas à la maison ce week-end.
- Et pourquoi ça ?
- Parce que je vais à la fête de Vivi, je te l'ai déjà dis.
- Ah oui c'est vrai. Tu la salueras pour moi
- Bon week-end papa.
 
* C'était la meilleure conversation qu'ils ont jamais eu, sans doutes. Comment peut-il se prétendre père ? Alors qu'il écoute même pas son propre fils, et en plus il lui lance pas un seul sourire, un seul soupçon de plaisir quand Luffy revient fier de lui. Son père est un hypocrite né et il le restera jusqu'à la fin de sa vie de riche con. Qu'il crève dans sa foutue baraque.
 
- Nami, tu viens avec moi ? Dit Luffy en venant dans ma direction
- Où ça ? Fis-je déboussolée
- Bha au magasin pour prendre le film, non ?
- Je peux venir avec vous, aussi ? Demanda une voix ténébreuse que je connaissais bien
- Z..Zoro..
- Oh mais bien sûr, Zoro ! Cria Luffy en souriant
 
* C'est vrai Zoro est son meilleur ami, je peux pas l'empêcher de lui parler ni de venir avec nous, je dois prendre sur moi et le supporté durant tout le chemin pour qu'il rentre chez lui, Horreur et damnation, pourquoi ça m'arrive à moi ? Ressentir encore ces putains de sentiments envers ce gars sans c½ur. Pourquoi j'ai toujours cette envie de l'embrasser ou même de sentir son parfum au petit matin, après une nuit chamboulé, voilà que maintenant je me souviens de mes souvenirs érotiques et malsains que j'ai eu avec Zoro, c'est mauvais ça. Pense à autres choses, Nami ! Aller essaye.
 
- Nami, tu te souviens de notre rencontre ? S'exclama Luffy en avançant doucement vers l'avant avec Zoro.
- Bien sûr que je m'en souviens.
 
* Petit FlashBack dans ma tête, les souvenirs remontent, oui je me souviens de tous. De la moindre petite odeur, de la moindre brise de vent, je me souviens...
 
- OYE ! LAISSEZ LA TRANQUILLE
 
Ce petit garçon très courageux qui m'avait protéger de ces connards qui ont essayés de voler le cadeau que Belmer m'avait offert, un livre sur les pirates...
 
- Dis donc la rouquine ça va bien ?
- Oui ça va. Avais-je dis en me relevant et lui lançant le pire des regards au monde, je voulais pas qu'il me parle, je voulais pas d'amis. Je suis mieux seule sans doutes, j'avais besoin de personnes et encore moi d'un gamin qui m'appelait « la rouquine ».
- Tu pourrais dire merci quand même, je te jure une vraie malpolie.
- Je veux pas de ta pitié !
- J'ai pas fais ça par pitié mais pour mon propre intérêt, tes hurlements me cassaient les oreilles, j'arrivais plus à compter le nombre de billes que j'ai.
- Je hurlais pas! Tu mens !
- Si tu hurlais, la preuve tout le quartier t'as entendus, sale rousse.
- FERME LA ! Je me souviens que je lui avais sauté dessus et que j'avais commencé à le frapper et a pleurer, je le détestais. En plus d'être gentil avec moi, il se foutait de moi. Il m'agaçait plus qu'autre chose. Il avait stoppé mes mains, et il m'avait lancé son regard de petit sérieux, et il me frappa à son tour. Il me mit qu'une droite et il reprit son chapeau qui était tombé au sol lors de la « lutte ». Il avait réussit, j'ai cédé. J'ai pleuré encore plus fort et je lui avais crié :
- MERCI !
- Pas d'quoi ! Moi, c'est Luffy.
- Moi c'est Nami
- Enchanté Nami ! M'avait-il fait avec un énorme sourire.
 
* Même étant enfant, il savait me manipuler. Luffy est sans nuls doutes mon plus grand ennemie dans ce putain de Lycée, après Nojiko. Zoro m'avait lancé un regard charmeur et vicieux, ce genre de regard qui provoque dans ma culotte une montée d'adrénaline, une bouffée de chaleur de mon corps. Il me drague ouvertement avec ses yeux de provocateur, et ça l'amuse. Il prend limite du plaisir, comme quand on a fait ça sur son bureau, oui il se sentait puissant, dominateur et fier dans ses coups de bassins, chaque vas et viens me provoquais de l'excitation, et à chaque fois qu'il réinsérait son engin à l'intérieur de moi, je pouvais pas me retenir, j'hurlais de bonheur. Et ce sourire de sadique en coin, il le faisait souvent quand il passait sous ma domination, la position où la femme est au dessus du mec, il la détestait cette position..Il se sentait impuissant et faible, et c'est ça qui l'excitait au plus haut point.
 
- Et avec moi, Nami ? Tu t'en souviens ? M'avait lancé Zoro avec son regard malsain
- Oui. Fis-je en détachant mes yeux de son regard, la rencontre avec Zoro et Sanji est inoubliable..Luffy m'avait mener à cette petite maison bleue où il habite avec ses potes maintenant, c'est à cet endroit qu'il m'avait présenté à Zoro et Sanji, deux mois après notre rencontre.
 
Flashback.
 
- Nami, aller suis moi ! Je vais te présenter à Zoro et Sanji !
- Zoro ? Tu veux dire Roronoa Zoro ? Le ce1 qui tape des 6èmes ?
- Oui je parle de Roronoa Zoro, sauf que je savais pas qu'il tapait des 6èmes! Il m'avait dit ça avec son énorme sourire et comme si c'était tout à fait normal.
- Espèce de sale blond, casse toi tu sers à rien ! Avait crié une voix qui m'était inconnue
- Tu veux quoi, sale tronche de terrain de foot ?
- T'as pas vus tes sourcils, on dirait un truc pour hypnotiser les gens !
- Oye les gars ! Arrêtez de vous battre. J'ai quelqu'un à vous présenter.
- Luffy, j'ai peur de ces gars ! Je veux pas les rencontrés, viens on pars joué au parc avec Usopp et Vivi, aller je t'en supplie ! Avais-je beuglé tout en me cachant derrière mon ami au chapeau de paille, avec les yeux presque en larmes.
- Heiiin ? Mais c'est une fille. Cria la tête d'algues surpris
- Elle est trop joliiiiiiiiie ♥ ! Hurla le blondinet
- Je..j..e...JE M'APPELE NAMI ! RAVIE DE VOUS CONNAITRE !
- Hé pas la peine de gueulé ! Dit Roronoa d'un ton insupportable
- Arrête de râler au près de la demoiselle ! Je m'appelle Sanji Leblanc, mais tu peux m'appeler Chéri si tu veux !
- Je m'appelle Zoro, Roronoa Zoro. Enchanté la chose
- JE SUIS PAS UNE CHOSE ! Criais-je en le frappant sur la tête
- HAHAHAHA ! Zoro, j'ai appris qu'apparemment tu frappais des 6èmes, c'est vrai ? Demanda Luffy, tout en lui tapant sur l'épaule.
- POURQUOI JE DEVRAIS TAPER DES 6EMES ?
- T'as vus, Nami. Il est gentil même s'il est bizarre !
- TU T'ES PAS VU, FOUTU BABOUIN ! Cria Zoro
- Au fait Luffy pourquoi tu nous as fais venir devant cette maison pour rencontré Nami ? Questionna Sanji, en s'asseyant sur le trottoir.
- Parce que quand je serais plus grand, je m'achèterais cette maison !
- Mais elle est pourrie cette baraque, t'es taré ou quoi ? Marmonna Zoro
- NON ELLE EST PAS POURRIE..c'est Shanks qu'il la fait ! Il est obligatoire pour moi que je l'achète ! Je me suis juré que je l'achèterais, un point c'est tout.
 
* Oui, à l'époque c'était plus facile de rêver et finalement Luffy l'a acheter cette maison que Shanks a faite. A l'époque j'étais amoureuse d'un seul garçon, c'était lui, oui...C'était Luffy, j'étais jeune et il était mon héros, c'était mon premier amour. Un amour d'écolier, mon premier petit bisous sur la joue. Je savais pas ce que c'était le véritable amour avant que je sortes avec Law en 6ème et puis en terminale se fut Zoro. J'ai quand même été 1 an avec Law, c'est pas rien. Nous courrions sous la pluie pour essayer de trouver le magasin où Luffy voulait aller. C'est surtout une vieille boutique de merde, où il a deux/trois petits souvenirs inutiles et des films qui datent à max. On cherchait Hostel, partout et on l'a finalement trouvé, il paya et on sortait de cette gargote. On courait, on courait et la pluie nous battait de pleins fouet, on été enfin arrivés devant leur foutue baraque bleue, c'est à ce moment que Zoro est censé nous lâché et rentré chez lui.
 
- Bon, j'vous laisse. A toute Luffy et à demain Nami. Avait-t-il prononcer avant de me déposer un baiser sur mes lèvres et puis il partit vers les escaliers, pour rentrer finalement chez lui.
- T'es de nouveau avec Zoro ?
- Bien sûr que non ! J'étais contre ce baiser
- Tu semblais pas tellement contre...Dit-il en baissant légèrement la tête, et il sourit.
- Oui, j'étais pas contre je l'admets ! J'ai encore des putains de sentiments pour ce type qui me dégoûte, mais pourtant je l'aime et va me falloir un certain temps avant de pouvoir prétendre que je ne l'aime plus, c'est vrai on a été longtemps ensembles. Moins qu'avec Law j'en conviens mais c'est avec lui que j'ai eu mes premières relations sexuelles et mon premier orgasme. Je peux pas oublié ça aussi facilement quand même... Dis-je en rougissant
- Hm. Avait prononcé Luffy en avançant tranquillement sous la pluie
- Comment ça « Hm », c'est tous ce que t'as à dire ?
- Tu veux que je te dises quoi ? Fit-il en mettant ses mains dans ses poches de pantalon, et en regardant vers le ciel. Tu veux peut-être que je pleure pour toi ? Que je te félicite ? Ou bien que je te câline à mort pour te faire oublié ton Zoro d'amour ? Il soupira
- J'ai jamais demandé de telles choses. Dis-je en avançant à ses côtés
- Alors que veux-tu que je te dises ?
- Je ne sais pas... Je baissa la tête, je regardais mes pieds
- Il reviendra avec toi, mais si tu le jettes à chaque fois. C'est clair que ça va pas aller, alors si tu veux passer ta soirée avec lui, c'est maintenant ou jamais. Il est seul à la maison.
- Non, je t'ai promis de regarder un film avec toi, alors je le regarderais avec toi. Au diable mes amours pour le moment, mon amitié passe avant tous.
 
* Luffy me regarda et rigola, nous reprenions notre course folle sous la pluie en essayant de nous protégés un minimum et nous sommes enfin arrivés à bon port. Le portail de ma « demeure » était ouverte, cette Nojiko c'est une putain de tête en l'air, elle l'oubli à chaque fois de le fermer. Ma maison ? C'est pas un truc super exceptionnel, c'est une maison beige avec des volets de couleur marron, elle n'était ni petite ni grande, elle était normale quoi. A peine rentrée, j'suis toute suite aller chercher des serviettes pour Luffy et moi. Je montais donc les escaliers qui mènent à la salle de bain, je pris deux petites serviettes et je descendais, pris la direction du salon où j'y trouvais mon ami torse nu trempé, les cheveux mouillés. J'ai eu une bouffée de chaleur, je détournais les yeux et je rougissais. Je ne sais comment l'expliquée mais à la vue de mon ami torse nu, je pensais à des choses obscènes, malsaines et excitante à la fois. Couché avec mon meilleur ami ? Pour moi ça revient au même que de fantasmer à mon frère ! Alors à quoi je penses d'un seul coup ? Faire ça avec lui... Nami reprend toi ! C'est Luffy, bordel ! C'est ton meilleur ami, à quoi tu penses ? Mes yeux se posèrent sur le brun qui semblait soucieux et douteux. Il s'étala sur le canapé, et ferma les yeux en soupirant fort. Luffy était triste ? Est-ce possible ? Je m'approchais du zombie couché comme une merde sur le sofa à moitié bordeaux.
 
- Luffy, ça va pas ? Fis-je sur un ton distant
- Nami tu veux me faire plaisir ? M'interrogeait-t-il
- Bien sûr !
- Prend moi dans tes bras et laisse moi dormir chez toi...
- Hein ?
 

 

27/01/2014

I NEED YOUR LOVE ; CHAPTER V.
 
 
Zoro Roronoa.
 
Luffy et Nami pouvaient faire ce qu'ils voulaient, je m'en battais les couilles. Qu'il l'a baise ou non, ça changerait rien à ma vie. Putain, c'est ce que je voudrais me dire. Au fond j'suis mal, j'ai envies de vomir, je me hais, je me dégoûtes. J'ai laisser la femme de ma vie partir, mais partir très loin de moi. Je m'assis sur mon fauteuil en cuir sombre, usé et vaguement déchiré à certains endroits. Détenant une bouteille de Jack Daniel's à moitié vide que j'avais déjà consommé au préalable. Je matais inconsciemment un film de cul pour essayer de me remonté le moral, les chiennasses qui se faisaient sautés volontairement l'anus étaient super bonnes, mais elles me réconfortaient pas plus que ça. Ivre, je pris une autre gorgée du poison mortel qui me servait de soutient psychologique. Je pris mon Iphone entre mes mains massivement paralysées, et regardait les messages que j'avais eu avec la rousse. « Je t'aime sale connard » à la vue de ce message je me mis à rire doucement, nos mots d'amour étaient toujours remplit de haine. Cet amour infecte, cette relation dégoûtante ; tout ça me déplaisait pas. Surtout que je sortais pas avec un déchet, faut dire qu'elle était vachement bonne l'rouquine et qu'elle suçait plutôt bien. Mais au fond de mon être, je l'aimais pas simplement pour son 90c, ou pour ses talents d'actrice au lit, je l'aimais parce qu'elle était ce que je voulais. Une fille simple, aimant me chercher des noises et me provoquer. Cette nana était l'idole de mes fantasmes les plus vilains. Je fixais impudemment ma fenêtre, tracer par chaque goutte qui s'abattaient dessus, j'éteignais mon porno et je me mis en face de mon miroir fendu par le côté droit. Je me sentais beau, puissant et immortel. Néanmoins j'étais pathétique, faible et con, j'sentais le chien, et je puais l'angoisse de voir Nami dans les bras d'un autre mec. Bordel. Comment ais-je fais ? Comment ? Après un moment de réflexion intense, je posais la bouteille vide de whisky que je venais d'engloutir. Je pris un t-shirt sale qui traînait au sol comme une serpillière pour me le mettre sur le dos, le recouvrant ensuite d'une dose extrême de déo. Je sentais meilleur, et cela me suffisait. Les ricanements de Usopp et de Vivi me gonflais au plus haut point, déjà que je pétais un câble juste avec le sifflement du blond lorsqu'il faisait à manger, mais quand quelqu'un rigole à côté de moi ça m'énerve encore plus. Je cognais contre la parois du mur de ma chambre criant d'un air abusif « Fermez vos gueules bande de tocards. » Mais cette salope de Nefer' se laissait pas faire, elle cria un peu plus fort que moi «  Il veut quoi l'blaireau, un soucis peut-être ? T'es en manque ? » Elle me cherchait ? Elle se croyait maligne en me disant ça ? C'est pas parce que c'est une fille à papa que je vais me laisser marcher dessus. Je défonçais la porte du fond, la porte de la chambre à Usopp avec un large coup de pied qui a fait un bruit strident dans toute la baraque, j'attrapais la bourgeoise de mes couilles par le bras et la plaqua violemment contre le mur « En manque de quoi, hein ? De cul ? » Elle resta troublée et muette un petit moment, avant de hausser les épaules en signe de m'enfoutisme. Elle me les cassait, mais vraiment. J'sais pas ce qui me retenait de la frappé. Je la lâchais, et partis en direction du long couloir. « Tu n'es pas en manque de cul, c'est clair. T'es en manque de Nami, tout simplement » Je me stoppais net après ses propos, je me retournais vers elle et lui envoya un large sourire sadique, elle disait vrai, j'étais en manque de Nami. Et c'est ce manque qui me rendait encore plus fou que d'habitude, j'étais triste. Cependant j'suis aussi bien trop fier pour l'avouer au monde entier, j'suis mal mais je le caches. Je descendis en courant les longs escaliers beige pour arrivé dans la cuisine, le blond à deux francs préparait un plat en compagnie de Franky, qui était venu à l'improviste. « Yo Roronoa, ça va bien » «  Ça va, et toi ? » « Suuuper » Il était toujours de bonne humeur, ce mec. « Tête de cactus, tu veux te rendre utile et répondre au message que Luffy m'a envoyé ? » Tss un jour je vais le fracassé Leblanc, il comprendra rien à sa vie. Mais j'étais curieux je voulais savoir ce qu'Luffy lui avait envoyé.

Message de Morfale, reçu à 19h45 :
- Nn tqt, j'toucherais pas à ta Nami.

C'était un message nul, vide à mon sens. J'voulais le chercher Luffy, pour qu'il me montre son vrai ''Lui'', un mec pervers et infâme, 'fin j'aimerais qu'il soit comme ça, comme moi. Et puis il l'aimait trop Nami pour lui faire du tort.
 
Message envoyé à Morfale à 19h48 :
- Ok alors c'cool.
 
Luffy c'est pas un sentimental, la preuve c'est que les lettres d'amour qu'il reçoit de ces suceuses de queues finissent toutes à la poubelle. Il est bien trop indifférent à l'amour, pourtant il s'est fait Hancock, c'est dire. Luffy le raconte jamais à personnes mais en réalité il n'a jamais été vraiment amoureux de cette gonzesse comme moi je l'ai été avec la rouquine. L'émo suicidaire qu'est Vivi était descendu, se vantant de son nouvel Tie and Dye rose bonbon, créant un dégradé dans ses cheveux. Je trouvais ça d'une laideur et bien trop flash à mon goût. Vivi est bisexuelle, et était folle amoureuse de Nami lorsque je sortais avec cette dernière. Elle faisait en sorte de nous séparer, de nous détruire. Cette jalouse avait perdue, j'avais gagné la virginité de la rouquine, et elle dû se rabattre sur quelqu'un d'autre. Malheureusement pour elle, elle avait une fois de plus échoué. Quelqu'un venait de défoncé la sonnette de notre maison, c'était cette bonasse de Monet. « Monet ! Tu as pu venir ! » avait crié le cuistot, louche en main et poêle de l'autre. « M'ouais j'ai pus venir si on peut dire, j'ai dû m'en fuir de chez mes raclures de parents, tu veux dire. » Elle me lança un de ses fameux regards perçants qui me plaisaient beaucoup, à croire qu'elle voulait que je la sautes cette cochonne. Elle roula son cul d'une façon non chalande jusqu'au bar de la cuisine, elle se décala d'un siège en me désignant celui d'à côté. J'avais aucunes envies de rentrer dans son jeu, mais j'avais envies de m'amuser. Je la pris alors dans mon cercle infernal mental, en m'installant non sur le siège à côté d'elle mais bien sûr une des chaises de la petit table sombre qui se trouvait dans la cuisine, lui envoyant un petit sourire sadique, léchant ma lèvre supérieur d'une façon arrogante. « Bon il manque qui, les gars » annonça le menteur. « Il manque Robin, Tony, Brook, Nojiko & Law » ajouta la bleutée angoissée d'être à nouveau agresser par mes soins. Parce que oui, quand Luffy est absent Sanji se permet d'inviter une dixième de personne dans la baraque et il a plutôt bon goût pour les personnes à inviter. Dans un peu près trois mois c'est l'anniversaire de Luffy, et je comptes bien lui préparer la plus belle de ses fêtes, je l'imagines déjà picoler à souhait en compagnie de jolies jeunes filles, se déchaînant sur la piste mais aussi au lit. J'veux qu'il s'en souvienne, avec les potes on est assez d'accord du lieu mais les meufs, elles. Qu'est ce qu'elles étaient chiantes, à vouloir fêter l'anniversaire de mon meilleur ami dans un restaurant de haute gamme. Les meufs j'vous jures, elles font tous pour nous pourrir la vie. Mais jamais j'échangerais le fait d'être hétéro, j'aime les filles. Je collait mon bras contre l'arcade de la fenêtre, observant toute la ruelle depuis mon gît. Shirahoshi et Kidd traînaient du talon. P'tain ce mec il veut vraiment se taper toutes les nanas qu'il voit, hier c'était Tashigi et Bonney et aujourd'hui c'est Hoshishira. Je me grattais abondamment les parties génitales conservés dans mon jeans bien trop serré. « Zoro, qu'est ce que tu fous ? » accentua Ussop en s'approchant de moi, inquiet pour ma santé morale. « J'fais rien, j'm'emmerdes. J'vais aller voir Nami et Luffy » Il fut choqué par ma réponse. « Laisses Nami tranquille. Va plutôt glander avec Mihawk. » V'là que la connasse de Noji tape l'incruste dans la conversation mais aussi dans le domicile. Elle m'énerve mais à un point. « Je te demandes pas ton avis, sale clocharde. » « Je crois rêver, c'est un toxico qui me traite de clocharde. » « Évidemment ! Pauvre fille. » « Va fumer ton joint et casses pas les couilles à ma s½ur. » Elle se mêlait trop de la vie de sa s½ur, et ça. C'est le pire des défauts de Nojiko. En réalité, elle était jalouse de Nami. Faut le savoir Noji est laide, sa gueule est parsemé de boutons et de tâches de rousseurs, non seulement sa tronche est moche mais son corps est horrible, limite obèses et possédant une cicatrice horrible sur la cuisse, cette meuf était un semi-homme. Pourtant gamine, elle était jolie. C'est une histoire d'amour qui l'a rendu amer, et vidé de beauté. « Ta gueule, laideron. » Je pris mon blouson, et partis avec. Elle avait réussit à me foutre les boules avec ses histoires. Le seul moyen d'oublié mes problèmes, c'est les paradis artificiels. Je vais m'en fuir de mes priorités, comme pour Nami. Il m'attendait déjà avec son bedo entre ses doigts pâles et froids, léchant le fin papier beige. «  Tes en retard, Rorozoro. » « Ouais désolé, mais j'avais la flemme de venir. » Je parles bien sûr de celui qui a détruit la plupart de mes convictions, Mihawk. « Prend ce joint, et fermes ta bouche ».
 
Nami Caleenzana.
 
« Luffy, tu as consommé de l'alcool ? » Un long silence se fit à la seconde ou j'avais posé ma question. Il prit appui sur ses bras afin d'être assis, il plaqua sa main gauche contre son front, il toussa deux fois, leva la tête vers le plafond, me regardant du coin de l'½il à chaque battement de cil.« Nami, la curiosité est un vilain défaut.. » Il se mit à sourire doucement, et plongea son regard vers son chapeau de paille soigneusement posé sur la petite table à laquelle mon dos prenait appui. Une table noire très mal vernie, avec un minuscule pot de fleurs qui servait de perchoir à une vieille rose fanée qu' Ussop avait offert à Nojiko pour son anniversaire.« Ça répond pas à ma question, du con ! » Qu'est ce qu'il me rendait folle avec ses mystères, ses secrets affreux ou même avec ses mensonges à répétition qu'il me disait pour protéger ses amis, il me faisait pensé à ce blaireau de Zoro par moment. Il me souffla un long soupire froid et désespéré, m'ébouriffant les cheveux il se positionna face à moi, gardant ses fesses sur le canapé. « Que je te dises que j'ai bus ou non, ça change quoi ? » « Ça change que t'es en train de te foutre de moi, et j'aurais plus confiance en toi, tout comme j'ai plus confiance en Zoro. »Il se crispa tout en grimaçant face à cette dure réalité, il avait été réactif à mes paroles. J'avais titiller son point faible, celui d'être comparé à son meilleur ami ainsi qu'au pire des salauds, je parles bien sûr de ce Roronoa. « Oui... »m'affirma-t-il tête baissée de honte. « J'ai bus. »« Pourquoi ? » « Ma vie tourne en rond. Mon père est le pire des enculés, qui prend des nouvelles de moi simplement pour faire baver ses demeurées de fan en chaleur. Mon ex est une pute finit qui m'a trompé plus de cinq fois. Mon meilleur ami est un bâtard terminé, qui a joué maintes fois avec les sentiments des filles mais spécialement avec ceux de ma meilleure amie. » Il vint caresser ma joue qui était devenue pâle et froide face aux mésaventures de mon ami. « Et cette meilleure amie en question, est d'une curiosité si immense que j'arrive même à cacher que je suis un alcoolique suicidaire et que c'est une des seules choses qui me permettent de rester en vie dans ce monde de chiens. » Il se leva brusquement, et déambula devant mon visage fixé dans le vide. Il longea le couloir noir, et monta doucement l'escalier qui mène au premier étage. « J'vais prendre une douche ! » Je ne pensais pas que Luffy allait aussi mal, pourtant il vient toujours le sourire aux lèvres au lycée , sortant toujours des conneries tordantes. Inquiète que par sa santé, je me mis involontairement à lui courir après, pensant que je pouvais changer les choses. Arrivé à la porte blanche de ma salle de bain, je me mis à douter. Je réfléchis et je rentrais sans crié garde. Luffy était face à son reflet, regardant le tatouage qu'il avait sur le bras. 3D2Y, ce tatouage voulait dire '' Three Days, two years''. Deux ans, c'est le nombre d'années que nous nous sommes pas vu mais aussi le départ de son grand frère au combat, Ace. Je pris mon courage à deux mains et m'infiltrais dans la salle. « Luffy ! » « Ah ! Nami qu'est ce que tu fais ici ? » « Désolée mais je voulais savoir un truc » « Quoi donc ? » « Pourquoi... ? Pourquoi ? POURQUOI TU M'EN AS JAMAIS PARLER AUPARAVANT ? » Je n'avais qu'une envie, lui foutre une gifle violente dans sa gueule de gamin. « Ce sont mes problèmes, Nami. » «  C'est aussi les miens » Je m'approcha furieuse de son torse nu, le lâchant pas du regard. Je le regardais de haut, et je me mis à le gifler. « Pourquoi tu m'énerves ? » Il sourit face à cet affront, entrepris dans ses mains mon visage fétide. « Et pourquoi pas ? » «  Joues pas le connard, Luffy ! Ça te vas pas. » « Je sais bien ça. » Il fronça ses sourcils, regardant notre duo dans le miroir. Il souriait. « Pourquoi tu souris, idiot ? » « Une envie » Il me lâcha d'un coup sec, et repris sa séance de strip tease, qu'il faisait sans gênes devant mes yeux. « Hey ! Ça va pas ? » « Bha quoi ? T'as jamais vue une teub ? » « C'est pas ça ! C'est que t'es mon ami Luffy. » « Et alors ? » « Je veux pas voir ton sex pendre devant mes yeux. ». Il dégonfla tout l'oxygène qu'il avait dans les poumons, tendant ses fesses vers mon regard atrocement stupéfait de sa non-pudeur de s'exhibé, il se les tapa machinalement. Je ne pus que m'en fuir devant cette scène. Me plaquant contre la porte, glissant jusqu'au sol. « T'es chiant, Luffy. » « Je sais. » Les clapotis de l'eau se faisaient entendre, je pris à nouveau les escaliers pour me rendre à nouveau dans le salon. Je ramassais les affaires trempés de mon ami pour les mettre à sécher. Dans la poche droite de son pantalon, j'avais trouvé dissimulé un morceau de papier.
 
« Lettre du front,
 
Mon cher petit frère, plus que six mois à survivre dans cet enfer qu'est la guerre. La bouffe est pas terrible mais on fait avec, les conditions d'hygiènes te seraient idéales. Le temps est moche, les bombes font rages, vivement que je rentres. Mais parles moi un peu de toi, Lulu. L'amour ? Les études ? La bouffe ? J'espère que tout se passe bien de ton côté frangin. Saches que je t'aimes plus que tout. ( Ps : Dis à Vivi que penses souvent à cette coincée du cul. Dis aussi à tout le monde que je viendrais, un jour promis. )
 
Signé ton abruti de frère, Portgas.D.Ace »
 
Une lettre d'Ace ? Il recevait des nouvelles de son frère ? Six mois ? Six mois ? Ça fait déjà plus de deux ans qu'il trame à cette fichue guerre qui oppose des idéaux nuls à chier, qui aboutira à rien. Un pays veut ça mais l'autre n'en veut pas. Dans pas longtemps les gens créeront un nouveau Hitler juste pour avoir la possibilité de se fracassé la gueules. « Nami. » Je me retournais, surprise par l'apparition de mon ami derrière mon dos, il semblait énervé que je fouilles dans ses affaires sans permission. Il attrapa la lettre de ce dernier et la recacha au fond de sa poche. « Je suis désolée ! Elle est tombée. » « C'est pas un secret, hein. C'est juste une lettre de mon frérot. » « Je sais mais quand même... » «  Nami, on est pas censé regarder un film ? » « Euh si, c'est vrai ! ». Il s'assit sur le canapé et me choppa par les hanches pour m'installer à côté de lui, allumant la télé et laissant démarré correctement le film. « Nami... »


• Note : Un chapitre un peu plus tourné vers ce bâtard de Zoro, vous qui vous attendiez à une scène à l'eau de rose entre NamiLuffy, vous pouvez rêver :')